les T.E.R.

 

 

HISTOIRE DU TRAMWAY DE RENNES

1897 - 1952 

     

     Au milieu du XIXème siècle, la ville de Rennes envisage de s'équiper d'un réseau de tramways. Parmi plusieurs propositions, c'est la société Faye et Grammont qui est retenue sur un projet de tramway électrique sur voie métrique, avec fils aériens en 550 volts.

      Les trams, utilisant la réseau de la voierie urbaine, feront 2 m de largeur pour une hauteur de 3,20 m, et ne dépasseront pas la vitesse de 20 km/h. En réalité, leur vitesse ne dépassera jamais 12 km/h, permettant ainsi aux passagers de monter et descendre en marche.

      Quatre premières lignes sont construites :

- de la gare au cimetière du nord

- du faubourg de Nantes au faubourg de Paris

- du Pont Cahours (rte de Lorient) à la Croix-Saint-Hélier

- de la Croix-Saint-Hélier au cimetière de l'est

     Un embranchement permet de relier les lignes au dépôt.

     Une cinquième et dernière ligne rejoindra ultérieurement Cesson-Sévigné, en 1907.

   

    En plus d'une usine électrique, ces lignes vont nécessiter de nombreux travaux annexes, tels que le réaménagement de la place de la mairie, ou des abattages d'arbres sur le parcours.

     Un service de bus est rajouté au tram en 1933, la guerre amènera un regain du tramway, moins cher en carburant, mais cela ne sera que de courte durée.

     Les tramways périclitent progressivement dans une ville de plus en plus vouée à la circulation automobile. Le réseau des bus des T.U.R. (plus tard la S.T.A.R.), plus maniables, prend progressivement la place et le dernier tram s'arrête en 1952.

 

 

Accueil1

 

     Très rapidement, la société qui gérait les tramways rennais s'est rendu compte quel magnifique support publicitaire voyageait à travers la ville. Des panneaux furent loués sur les trams par l'entremise de la société Publicité Générale, rue de Rohan.

 

Pub generale rue de rohan

 

Pub1 

 

 

 

 

 

 

 

 .

×